Business Angel à impact : les trois pièges à éviter

Les articles

Devenir un business angel à impact, les trois pièges à éviter
family office
4
min.
Céline Picaut
26/8/22

Trois pièges à éviter: ne pas définir de thèse d'investissement, confondre responsable-durable-impact, et ignorer la mesure d'impact

La première étape pour devenir un business angel à impact consiste à ajouter une troisième composante, l'impact, à l'équation classique de l’investissement : risque-rendement. Dans cet article Kimpa Impact Investing vous présente les trois pièges à éviter pour devenir un business angel avec un véritable impact positif, à savoir:

  • Ne pas définir de thèse d'investissement
  • Confondre responsable - durable - impact
  • Ignorer la mesure d'impact


1. NE PAS DÉFINIR DE THÈSE D’INVESTISSEMENT

Une thèse d'investissement définit les objectifs et les critères de sélection des opportunités d'investissement pour une famille ou une entreprise. Une thèse d'investissement permet de concevoir un portefeuille adapté au profil de l'investisseur, mais elle sert aussi de ligne directrice pour prendre des décisions, agir de manière cohérente par rapport aux objectifs et éviter la dispersion. Cela peut aider l'investisseur à mieux performer sur le marché en réduisant la probabilité de prendre des décisions d'investissement irréfléchies ou basées sur l'affect. Une thèse d'investissement permet également de donner du sens à son projet et de fédérer la famille autour d'un projet qui profite à la fois à son patrimoine personnel et professionnel.

Pour concevoir un portefeuille d'investissement adapté à son profil tout en ayant un effet bénéfique, un investisseur d'impact doit d'abord établir ses objectifs de rendement et d'impact ainsi que sa tolérance au risque.

  • Choisir son thème d'impact: Une fois l’impact intégré  comme dimension d’investissement à part entière, il faut sélectionner son thème d’impact. Pour ce faire, les Objectifs de Développement Durable (ODD) établis en 2015 par l’Organisation des Nations Unies (ONU), sont un bon point de départ. Ce sont un ensemble de défis sociaux, environnementaux et économiques, à atteindre d’ici 2030. Découvrez plus de détails sur chacun des ODDs dans notre série thématique. Tous ces thèmes sont profondément interconnectés et ont été sous-catégorisés avec des cibles mesurables et des indicateurs qui permettent leur suivi.
  • Des ODD aux thèmes d'investissement: Le réseau d’investisseurs à impact Toniic a élaboré plusieurs thèmes d’investissement pour chaque ODD. Prenons par exemple l’ODD 1 : “Éliminer la pauvreté sous toutes ses formes et partout dans le monde”. En investissant, par exemple, dans des actifs qui favorisent l’inclusion financière, qui donnent accès aux biens et services de base pour des populations démunies, qui promeuvent le logement durable ou qui assistent les petites exploitations agricoles. Tous ces thèmes contribuent à la réduction de la pauvreté.

Deux approches possibles:

  • Top-down / descendante : choisir une ou plusieurs classes d’actifs privilégiées puis diriger ses investissements sur des solutions qui abordent le ou les ODDs correspondant à vos thèmes préférés, au sein de cette classe d’actif.
  • Bottom up / ascendante : la deuxième méthode consiste à cibler un ODD particulier, puis voir sur quelles classes d’actifs il est possible d’investir.


2. CONFONDRE RESPONSABLE - DURABLE - IMPACT

De plus en plus de banques vendent des investissements « verts », mais qu'est-ce que cela signifie réellement ? Aller vers des fonds ISR ou des fonds qui mesurent des critères ESG c'est bien, mais ce n'est pas suffisant pour financer la transition énergétique, la cohésion sociale et l'atteinte des ODD.

En effet, l’investissement Socialement Responsable (ISR) consiste à exclure des secteurs considérés comme nocifs pour la société ou la planète, et souvent liés à l’éthique de l’investisseur. C’est ainsi que le “ filtrage négatif ” voit le jour. Ce terme permet de limiter les dégâts et d’éviter de faire du mal, sans pour autant agir en faveur des causes, c’est ainsi que que certains investisseurs décident d’exclure de leur portefeuille des secteurs tels que l’armement, le tabac, la pornographie ou les jeux d'argent. Le label ISR est actuellement principalement basé sur les promesses des entreprises de gestion de gérer les risques ESG plutôt que sur les initiatives réelles en matière de changement climatique.

Selon la GSI Alliance, une grande partie des actifs gérés avec des critères ESG (25 trillions $ sur 35.3 au total) prennent en compte ces facteurs extra-financiers sans pour autant agir dessus. C'est-à-dire qu’ils prennent en considération et mesurent ces critères extra financiers, mais n’agissent pas activement pour les améliorer ou avoir un impact positif. En somme, l’intégration des critères ESG peut nous laisser penser que le système financier avance vers des stratégies plus durables pour l’environnement et la société, alors qu’en réalité ce n’est pas le cas.

C’est pourquoi, pour répondre aux grandes inquiétudes mondiales, il est indispensable d'intégrer une troisième dimension, en plus du rendement et du risque, dans les décisions d'allocation d'actifs : l'impact. L'impact investing,plus connus sous le nom d'investissement à impact, permet d’investir dans des entreprises qui ont une réelle contribution aux enjeux planétaires tels que l’inégalité, la pauvreté, la crise climatique, la pollution due à la surconsommation et bien d’autres problèmes. C’est réellement le lien entre la finance traditionnelle, qui cherche un rendement financier à tout prix sans se préoccuper de l’impact, et la philanthropie, qui se concentre sur l’impact socio-environnemental souvent sans pérenniser les rendements financiers. Il s’agit donc d’investissements réalisés dans l’intention de générer un impact social et environnemental positif et mesurable, ainsi qu’un rendement financier.



3. IGNORER LA MESURE D’IMPACT

La mesure et la gestion d’impact (Impact Measurement and Management) comprennent l'identification et la prise en compte des effets positifs et négatifs des actions d’une entreprise sur les personnes et la planète, avant d’établir des moyens atténuant les effets négatifs et maximisant les effets positifs. La mesure de l’impact est une pierre angulaire du secteur, et son importance repose sur le principe « ce qui est mesuré est fait », autrement dit, si on ne mesure pas, on ne sait pas si on a eu l'impact attendu.

Ainsi, mesurer l’impact permet de:

  • Définir ce qu’est l’impact: en choisissant des indicateurs extra-financiers à suivre, l’investisseur définit ce que veut dire l’impact pour lui.
  • Rester fidèle à sa mission et être consistent avec ses objectifs: dans la continuation de la thèse d'investissement à impact, une fois les investissements réalisés, il est fondamental d’effectuer un suivi, notamment via la mesure d’impact.
  • Développer le marché de l’investissement à impact: l’auto-évaluation offre la possibilité de créer des processus plus efficaces et l’impact s’en trouve donc renforcé.
  • Transparence: la mesure et le suivi de l’impact permet également d’éviter “l’impact washing”, qui consiste à donner des attributs impact à des sociétés qui ne l’intègrent pas réellement au cœur de leur modèle économique.
  • Engager les futures générations dans le processus d’investissement: les millenials et la génération Z sont plus conscients et plus connectés que toute autre génération avant eux. Les investissements de la prochaine génération sont considérés comme des extensions d'eux-mêmes. Ils veulent savoir quel impact leur capital a sur le monde - positif ou négatif.

Qu'est-ce qu'un Family Office à Impact ?

L'activité de business angel est très risquée, en effet il s'agit souvent d'investissements dans des startups ou des projets en phase d'amorçage. Il devient donc important d'être accompagné par un conseiller ayant une vision globale de l'ensemble des actifs et capable de définir une stratégie pérenne de création de valeur. En ce sens, un multi-family office permet de réunir des investisseurs intéressés par les mêmes thématiques dans des clubs deals ainsi que de mettre en relation des entrepreneurs avec des investisseurs pouvant leur apporter du smart capital. Cela apporte donc plus qu'un retour financier, en effet cela apporte également des conseils, du réseau et des connaissances.

Afin de choisir le bon Family Office pour faire de l'impact, il est nécessaire de vérifier si ce dernier connaît les enjeux, maîtrise des investissement en Private Equity, a accès à un écosystème de deals à impact, en direct (deals directs) via des fonds de PE à impact, et a la capacité à vous aider à co-construire votre thèse d'investissement à impact avec votre famille.

Pour conclure, afin de devenir un business angel à impact il est nécessaire de suivre une thèse d’investissement, différencier les investissements durables et responsables des investissements à impact et savoir mesurer l'impact. Pour cela il est important de se faire accompagner par un family office qui saura vous aiguiller.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Suspendisse varius enim in eros elementum tristique. Duis cursus, mi quis viverra ornare, eros dolor interdum nulla, ut commodo diam libero vitae erat. Aenean faucibus nibh et justo cursus id rutrum lorem imperdiet. Nunc ut sem vitae risus tristique posuere.

Nos livres blancs

Investir pour la planète

Comment contribuer aux 17 Objectifs de Développement Durable des Nations Unies ?

The blue book

Découvrez le guide de l'investisseur à impact 2022